2015 – 2016

SEPTEMBRE 2015
Julien Cuny / Peinture
Du 18 septembre au 6 octobre 2015

Il y a d’abord Julien, ce grand garçon nature, souriant, agréable, charmant et charmeur, puis il y a Jul, le eintre et sa peinture pleine de force et de vigueur avec son bestiaire étrange fait de personnages mi-homme, mi-animal.
C’est avant tout une peinture de geste, très spontanée, une inspiration parfois douce et parfois violente, c’est ce qui fait toute la force de ces toiles qui nous plaisent tant.
Anne et Alain ANDRÉ
Disons-le d’emblée, la peinture de Julien Cuny n’incite pas à une contemplation passive, une observation douce des éléments, n’amène pas à un état de méditation et de sérénité immédiat.
Nous sommes sur le terrain de la confrontation et de l’étonnement, sous l’emprise de forces et de rapports de forces.
Julien Cuny nous fait vivre la matière, la texture, la lumière, la couleur, la vibration et insiste surtout par sa sensibilité à nous faire comprendre et vivre l’équilibre précaire des forces en présence.
Il nous donne sa peinture. Merci pour ce bel étonnement.
David Sibaud

Pour découvrir le travail de Julien Cuny :
http://studiojul.fr






OCTOBRE 2015
Vincent Munier /Photographie « Solitude(s) »
Du 12 au 27 octobre 2015
« Dans la solitude de la nature immaculée, chaque instant vaut son pesant d’or et nous rapproche de la nature ultime des choses. Le silence extérieur ouvre les portes du silence intérieur. »
Matthieu Ricard
Solitudes : celle de l’animal dans l’image et celle de l’homme qui vient à sa rencontre. Pour le photographe Vincent Munier comme pour le penseur, la solitude est un trésor : un état rare et précieux qu’il recherche dans ses voyages.
Les rencontres sauvages qu’il réalise dans les grands espaces sont le reflet de cette quête : silhouettes mouvantes dans la brume et bêtes camouflées, ombres animales et portraits tout en finesse lui donnent vie. À travers ses images, vous êtes invités à prendre le temps de respirer, à embrasser la sérénité des vastes solitudes… à faire un pas de plus vers cette nature lointaine et fragile.
Vincent Munier est vosgien. C’est à l’âge de 12 ans qu’il a découvert la photographie aux côtés de son père, Michel. Depuis une vingtaine d’années, il parcourt le monde – et en particulier l’hémisphère nord – pour réaliser des images fidèles aux instants d’émotion qu’il vit sur le terrain : « On ne photographie pas ce que l’on voit, mais ce que l’on ressent… »
Il tente de montrer l’animal dans son milieu avec la plus grande sincérité possible, dans des conditions souvent extrêmes.
Pour prolonger le voyage, découvrez les livres  « Solitudes I & II » : ils rassemblent les photographies de l’exposition, sublimées par des pensées poétiques choisies par Matthieu Ricard (Kobalann éd., 2013).
Au mois d’octobre 2015, Vincent Munier publie un nouveau livre sur son aventure en Arctique, à la recherche des loups blancs – à découvrir à la MCL et sur www.kobalann.com.



NOVEMBRE 2015
Aline Freyburger / Photographie D
Du 6 novembre au 17 novembre 2015

Originaire d’Alsace je fais des études de photographie à Montpellier ou j’obtiens mon diplôme de praticien photographe en 2012.C’est durant ces études que je prends goût à la technique de l’argentique et commence à développer un travail personnel en faisant mes premiers autoportraits.De l’ordre du journal intime mon travail s’articule comme un recueil de souvenirs, d’expériences vécues.Je puise des images dans le monde qui m’entoure, sur les chemins de certains voyages et chaque série ouvre un nouveau chapitre de cette narration photographique ; Empreinte de mélancolie, énigmatique, poétique je cherche sans cesse à retranscrire mes émotions en laissant aux spectateurs le choix de leurs propres interprétations.
Pour découvrir le travail d’Aline Freyburger :
http://cargocollective.com/AlineFreyburger



NOVEMBRE 2015
Michel Brissaud / Photographie  « Étranges regards »
du 20 novembre au 1 décembre 2015

Passionné de photo depuis de nombreuses années, Michel Brissaud est toujours adepte du noir et blanc, et toujours en argentique puisqu’on trouve encore tout le matériel nécessaire .
Mais la technique ne fait pas tout. En argentique ou en numérique c’est le regard personnel qui est le plus important.


DECEMBRE 2015
Gwenaël Stamm / Installation 

Gwenaël Stamm se situe aujourd’hui résolument dans une pratique de l’installation qui met en œuvre des questions de repères et de territoire. Il pose le contexte comme point de départ de sa réflexion. Il prélève dans le réel afin de construire une nouvelle réalité, fictionnelle, celle-ci, qui lui permet de traduire une impression, une émotion en revendiquant la matérialité du paysage. Il travaille à l’aide des éléments réels qu’il mélange à des images qu’il utilise comme une matière. Il s’inscrit dans ce paysage qu’il transforme et dans lequel il déambule en apportant ses propres éléments, et s’il s’y intéresse tant, c’est bien pour cette idée d’appartenance à un territoire. Cette proposition constitue donc une occasion de faire l’expérience d’un lieu revisité, une tentative pour lui de construire ses propres repères, arpenter le territoire, chercher son chemin afin de trouver sa place.
« Je n’envisage pas aujourd’hui, de mettre en place un travail plastique sans réfléchir à l’endroit dans lequel il s’inscrit. Porter sa réflexion sur le lieu, constitue et induit une façon de l’appréhender et donc de le reconnaître. C’est alors l’occasion de mettre l’accent sur l’interaction, le dialogue ou l’échange qui peut naître de la mise en regard d’une œuvre face au lieu qui l’accueille. Il me paraît indispensable de tenir compte de ce contexte (géographique, historique ou sociologique) que je pose comme point de départ au travers de ma pratique. Je n’applique pas mon travail plastique au lieu, comme s’il s’agissait de faire l’expérience d’une même œuvre dans différents endroits. Je fais du contexte le matériau de ma réflexion. »
Pour découvrir le travail de Gwenaël Stamm :
http://www.gwenael-stamm.org




DECEMBRE 2015
Valérie Cerutti /  Sculpture en bois & fer 


Accumulatrice, Valérie Cerutti se joue des contraintes d’éléments bruts, torturés par le temps. Alliance du fer et du bois, pour un bestiaire imaginaire. Fragments d’objets pour identités volatiles. Dans un jeu d’équilibre, les courbes et les déliés participent graphiquement à l’évocation d’une posture ; d’une silhouette épurée dans un style radical. Les matériaux inertes se personnifient, une présence singulière rendue évidente par un regard quasi humain.
Pour découvrir le travail de Valérie Cerutti :
http://www.valeriecerutti.com




JANVIER 2016
Affiche Moilkan / Typographie & illustration  
Rouille & rivets / Mobilier métal

Affiche Moilkan .?!C’est qui ?

Un typographe graveur graphiste, Steve Seiler, une illustratrice graveuse, Elise Calame & des invités.
L’entreprise familiale a été créée en 2009 au fond d’un garage.Désormais installés dans une bien belle cave en Franche-Comté, Steve et Elise développent leur activité de création d’affiches et autres supports, réalisés en typographie et linogravure.En ces temps de crise, Ils espèrent acquérir assez de dextérité pour s’essayer aux faux-billets…
http://affichemoilkan.blogspot.fr

Rouille & rivets

Autodidacte, Emmanuel Fousse a toujours voulu concevoir.
« J’ai été guidé par un retraité passionné qui m’a appris comme il le disait le « vrai travail », il m’a enseigné de multiples techniques sur la mécanique générale. Mon professeur et ami s’est éteint il y a plus de dix ans, et aujourd’hui j’ai eu la chance d’acheter toutes ses machines qui devaient être ferraillées. Je retrouve dans le travail du métal une expression artistique commune à mon précédent métier : Photographe. »
Venez donc à la rencontre de cette joyeuse bande !!
Pour découvrir le travail de Affiche Moilkan et de Rouille & rivets :
http://www.rouillerivetscreations.fr




JANVIER 2016
Exposition de bande-dessinée dans le cadre du Festival du film fantastique

En parallèle aux projections, toujours autour du thème du fantastique, le Festival vous propose chaque année de découvrir, à la MCL, un illustrateur de bande dessinée.
Une exposition est consacrée à ses albums les plus célèbres.
En 2015, Julien Télo s’est prêté au jeu, il avait succédé à Alex Alice.
À ne pas manquer, du jeudi au dimanche, en entrée libre et gratuite, pendant la durée du Festival.
Vous pourrez découvrir l’illustrateur retenu pour cette édition dans le programme du Festival.
Toutes les informations sur le site :
http://festival-gerardmer.com/2015/




MARS 2016
Anne-Claire Jude / Sculpture 

« Pourquoi les pieds touchent-ils terre quand ils peuvent faire autrement ? »

Louis Aragon
Plasticienne et technicienne du spectacle, mon travail oscille entre ces deux pôles. Je travaille les arts plastiques tant au service du spectacle vivant que comme finalité dans mes réalisations.
La matière y est centrale, la ferraille comme la lumière, le feu comme l’espace sont pour moi des matières brutes à sculpter ou révéler ; afin de transmettre une énergie, une force ou faire naître un questionnement.
Je travaille tant en collaboration avec des compagnies de spectacle vivant qu’à la réalisation d’œuvres plastiques personnelles qui se nourrissent de mon bouillonnement intérieur, de ma réflexion, par rapport au monde environnant.
Dans ces dernières, j’ ai notamment développé une recherche avec le métal, par assemblage, sculpture de formes en rond de serrurier tordu, modelé ;  j’y mêle aussi différentes matières (papier mâché, liane, pierres…).
Le fil de fer, trait du dessin devient fil de vie.
Pour découvrir le travail d’Anne-Claire Jude :
http://ac.jude.free.fr




MARS 2016
Sidonie Hollard / Peinture

Voyage en petites mythologies personnelles.
En explorant les jeux qu’entame notre mémoire, l’artiste Sidonie Hollard s’engage dans un travail comme la fabrique d’un monde.La mémoire nous joue des tours, elle juxtapose, polit, déforme, répète, voile…
C’est une mémoire, alors, qui invente, nous ré-invente.
Comme un conteur, inventeur d’histoires, Sidonie nous donne à voir ses expériences, ses récits de chemin, dans une narration sans début, milieu ou fin. Vrais, faux récits ?
L’expérience est au cœur de son travail.
Pour découvrir le travail de Sidonie Hollard :
http://sidoniehollard.blogspot.fr



AVRIL 2016
Anne-Laure Charlier & Céline Blaudez / Céramique

Anne-Laure Charlier :
Mon travail de la porcelaine est essentiellement utilitaire car j’aime qu’une pièce ne voit pas que le chiffon à poussière ! Mes pièces restent souvent « brutes »  pour l’effet mat et le toucher velouté. La porcelaine, comme une page blanche me permet de développer mes envies de  graphisme. J’aime quand le bol du matin apporte de la fantaisie… Mon univers est inspiré par la poésie des livres pour enfants, la nature (en particulier la forêt qui entoure mon atelier) et le foisonnant des paysages urbains.
Céline Blaudez :
« Car l’acte de création n’est-il pas un perpétuel affrontement avec soi-même, avec cette réalité interne toujours en mouvement, où des énergies s’entremêlent, se heurtent, et parfois se combattent ?»
Rosine Bénard
Pour découvrir le travail d’Anne-Laure Charlier et de Céline Blaudez :
http://annelaurecharlier.blogspot.fr


AVRIL 2016
Exposition Accueil de Loisirs

Réalisations des enfants 

L’accueil de Loisirs de la MCL est à dominante culturelle et propose aux enfants une pratique artistique au fil de l’année. 
Au programme, de la peinture, du dessin, du modelage, du papier mâché, des expériences riches et variées… 
Les enfants profitent également de la galerie pour y découvrir des artistes et bénéficient d’ un accompagnement pendant les expositions par une animatrice ou l’ artiste lui-même.
Ils découvrent, pendant l’ année scolaire, le travail d’ un ou plusieurs artistes dans le cadre du Plan Territorial d’Éducation Artistique, ils échangent, imaginent et créent… 
Leurs réalisations seront restituées lors de cette belle exposition, pour le plaisir des petits et des grands.





MAI 2016
Gautier ZIEFLE / Sculpture & François VAXELAIRE / Céramique

Pour Gautier Ziefle, qu’il s’agisse de mobilier contemporain ou de sculpture, Gautier travaille à réconcilier la main et l’esprit, pratiquant une recherche plastique qui induit des allers et venues entre l’atelier où il tente de dompter la matière et le bureau où, entre dessin assisté par ordinateur et recherche livresque, mûrissent ses idées.
Suite à sa reconversion dans le travail du métal il y a un peu plus de deux ans, puis à ses premières sculptures encore empruntes de de l’influence de l’art moderne, Gautier se libère aujourd’hui de ces images préfabriquées pour inscrire dans la matière un geste qui lui est propre, fait d’un mélange d’audace et de réserve envers ce qui l’entoure. Selon les besoins que lui dictent ses recherches sur l’invisible, sur la genèse des formes de la nature, ainsi que sur le rapport trop souvent conflictuel entre la nature et la culture, l’homme et son environnement, il s’empare de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux, procédant par expérimentation, intuitivement plus que selon une méthode établie par avant. Si compte l’objet, la démarche pour y parvenir pas moins, son travail trouvant par là des accointances avec l’art contemporain mais sans pour autant s’en revendiquer.
Des lignes courent sur la pierre qui font un paysage. Une forme en gestation que révèle la matière tranchée d’un tronc. Ici du papier de riz, écorce-peau, une mue énigmatique, à la frontière du végétal et de l’animal. Là une main ouverte, lignes familières, crêtes et vallées des Vosges.

Formé au CNIFOP (Centre International de Formation à la céramique) de Saint Amand en Puisaye, François Vaxelaire a posé ses outils à Docelles où il continue d’expérimenter techniques et terres, passant d’un émail à base d’oxyde de fer à un engobe de porcelaine, d’une faïence à un grès chamotté. Les objets et les sculptures qu’il façonne et cuit dans son atelier trouvent leur inspiration tant dans la nature que dans l’art du XXème siècle ou dans la longue histoire de ce matériau à travers les âges et les civilisations, qu’elles soient européenne, asiatique, indienne. Pour cette exposition, lui et Gautier ont travaillé ensemble sur quelques pièces, s’essayant pour la première fois à un mariage de ces matériaux si différents que sont la terre et l’acier.
Venez partager avec ces amoureux de la Nature…



MAI 2016
Jean-Marc Viret /  Photographie

CORRESPONDANCE est le fruit d’une aventure épistolaire entre un homme de mots, Cesare Berardi, et un homme d’images, Jean-Marc Viret.
Une seule règle à leur jeu : qu’à chaque texte de l’un réponde une photographie de l’autre et vice versa.
Hors de cet échange, point de contact.Cheminer seul, accueillir ce qui vient, croiser le faire.Le propre d’une aventure est qu’on ne sait jamais où elle mène.
Jean-Marc Viret vous propose une visite commentée, ouverte au public comme aux scolaires :
le jeudi 19 mai de 14h à 15h et de 15h30 à 16h30.
Si vous souhaitez y participer, merci de vous inscrire au préalable auprès de Delphine (delphinemcl@orange.fr), le nombre de participants étant limité.
Pour découvrir le travail de Jean-Marc Viret :
http://www.jeanmarcviret.fr




JUIN 2016
Exposition de l’atelier Photo de la MCL « Portraits et paysages »

L’atelier photo de la Maison de la Culture & des Loisirs de Gérardmer permet aux adhérents de réaliser leur tirages photo noir & blanc en argentique, de la prise de vue au développement. Besoin d’ un conseil, l’animateur Michel Brissaud est là pour vous assister. Le labo, quant à lui, est accessible en tout temps pour les plus confirmés.Ne manquez pas de découvrir leur nouvelle exposition, un univers fait de gris, de noirs, de blancs qui ne manquera pas de vous émouvoir, comme chaque année.




JUIN 2016
Exposition de l’atelier Vitrail de la MCL

L’ atelier Vitrail de la Maison de la Culture & des Loisirs de Gérardmer permet depuis plus de 15 ans aux adhérents de 8 à 88 ans de s’initier à cet art. Il vous propose de découvrir son exposition annuelle autour du thème 
Les contes de notre enfance…
Au programme de belles et d’éclectiques réalisations confectionnées par la sympathique équipe de vitraillistes de la MCL, sous la conduite de Sylvie Botte.Des oeuvres créées dans la bonne humeur avec de multiples techniques comme le Tiffany, le vitrail serti au plomb, le fusing, la grisaille… 
À ne pas manquer !!