2016 – 2017

Vitrail & travail du verre

DU 13 au 30 juin 2017

L’atelier Vitrail de la Maison de la Culture & des Loisirs de Gérardmer permet depuis plus de 15 ans aux adhérents de 8 à 88 ans de s’initier à cet art. Il vous propose de découvrir son exposition annuelle autour du thème « Fer, bois, pierre »  Au programme de belles et d’éclectiques réalisations confectionnées par la sympathique équipe de vitraillistes de la MCL, sous la conduite de Sylvie Botte. Des oeuvres créées dans la bonne humeur avec de multiples techniques comme le Tiffany, le vitrail serti au plomb, le fusing, la grisaille…
À ne pas manquer !!




Atelier Photo

Du 26 mai au 09 juin 2017

L’ atelier photo de la Maison de la Culture & des Loisirs de Gérardmer permet aux adhérents de réaliser leur tirages photo noir & blanc en argentique, de la prise de vue jusqu’à l’ agrandissement.
Besoin d’ un conseil, l’animateur Michel Brissaud est là pour vous former et vous assister. Le labo, quant à lui, est accessible en tout temps pour les plus confirmés.
Venez nombreux découvrir leur nouvelle exposition sur le thème « Mouvement », un univers fait de noirs, de blancs qui ne manquera pas de vous émouvoir, comme chaque année.




Fabienne Hachet / Sculpture & Peinture

DU 12 au 24 mai 2017

Artiste autodidacte, Fabienne a développé son art pendant de nombreuses années passées en Asie et dans le Golfe Persique, empruntant aux techniques propres à ces pays (laque, coquille d’oeuf, feuille d’or…) dans une expression contemporaine. Les formes sont simples, telle la spirale, signe du temps qui passe et du mouvement perpétuel.
Les lignes sont épurées, reflet d’une alchimie d’une maîtrise très personnelle, permettant d’évoquer un ailleurs, un lointain et d’aller à l’essentiel.




Jean-Marie Cherruault / Peinture

Du 28 avril au 9 mai 2017

Quand je suis né, un pinceau à la main, le siècle dernier avait déjà 59 ans. J’ai beaucoup barbouillé mes cahiers à l’école, on a l’ apprentissage que l’on peut. Aussi ma famille, attentive, me fit passer un CAP de peintre en bâtiment afin de me construire des fondamentaux. Puis un jour passant devant «La nativité» de Georges de La Tour, je fus frappé de schizophrénie : des monochromes le jour et Raphaël la nuit, je me mis à copier les copistes…
La peinture est nue, et l’ homme l’ habille de jupons et de dogmes. La peinture nous promène comme un bonvent, et nous lâche ça et là, par distraction, devant un regardeur ou un autre. C’est notre lot…




Clément Martin / Photographie

Du 5 au 26 avril 2017

« Street art is BBQ «Street art is BBQ» est une expression figée née à Berlin en 2011, après avoir compris que l’avenir du street art résidait autant dans une merguez partagée avec un habitant que dans les slogans de Banksy. Depuis lors nous n’avons cessé de nous féliciter de cette trouvaille conceptuelle dont nous éprouvons chaque jour un peu plus la pertinence. » Paris, Bâle, New York, Tokyo, Dresde, Nancy.

Sous la forme d’ un voyage urbain lent et exclusivement piéton, nous nous déplaçons avec des meubles dessinés par nous. Le principe est simple, universel : nos tables, nos chaises et nos lits deviennent un habitat de rue à partager jour après jour, et nuit après nuit, avec les habitants des villes traversées. Le cadre et les limites de chaque traversée peuvent être l’épuisement, le hasard des rencontres, l’ achèvement du temps imparti au début de la traversée, ou l’ arrivée à destination.
Depuis 2011 j ’illustre cette action brute « d ’habiter la rue ».

« Nous » faisant référence a la collaboration entre le photographe Clement Martin et les artistes Laurent Boijeot , Nicolas Turon , Sebastien Renauld et Melanie Heresbach. Au milieu des  différentes actions du collectif  « Boijeot Renauld » , les traversées sont les seules type d’actions répétées dans différentes ville du monde. Ainsi , alors que les artistes redéfinissent l’espace publique avec l’habitant , le photographe , lui ,transmet et conserve les résidus de cette mémoire collective .

Retrouvez le travail de Clément Martin sur http://martinclement.fr




Lucie Collot / Aquarelle

Du 17 mars au 3 avril 2017

Usant de couleurs vives, séduisantes et inhabituelles, Lucie Collot plonge le spectateur dans une nature où les ombellifères viennent caresser les dégradés de couleurs, où les tiges s’accumulent et les plantes s’épanouissent pour créer un univers marqué par la recherche d’harmonie. Cette artiste autodidacte utilise ses inspirations tirées de la nature, des réalisations des créateurs de l’ École de Nancy et de l’ Art nouveau pour créer des oeuvres tout en courbes. « La nature ne se meurt pas, elle est dans l’ attente d’ être vue.» Appliquant l’ aquarelle de manière spontanée, sans travail préparatoire, ce sont les couleurs qui guident son travail.
Les motifs apparaissent ensuite alors qu’elle cerne les formes colorées d’ un noir délicat au service des nuances, qui vient contraster ses oeuvres en toute légèreté.
Retrouvez le travail de Lucie Collot sur http://www.lucie-collot.com




Véronique l’Hoste / Photographie

Du 2 au 15 mars 2017

«Cycle»
Par ces réalisations sobres, épurées, Véronique L’Hoste nous interroge sur la naissance, la vie, la mort, l’au-delà. Inspirée par les grands espaces, elle met en scène des silhouettes drapées qui s’ancrent au sol pour s’y ressourcer, avant de regagner leur demeure. Ces formes sans identité disent le besoin vital de l’homme de reprendre contact avec la terre nourricière, de la retrouver chez lui, dans son quotidien, de la magnifier jusqu’à la placer au centre de son monde. Mais cette terre, ironie du sort, finira par le rappeler à elle. Les performances réalisées par la photographe avec son déclencheur, explorent ce retour à la simplicité et la pureté originelles, dans un blanc lumineux et omniprésent. Les aléas du moment – le craquement d’une branche, une brise enveloppante – interviennent à leur manière, tels des instants de grâce inattendus…
Retrouvez le travail de Véronique L’Hoste sur http://www.veroniquelhoste.fr




Florence Grivot / Céramique

Du 17 au 28 février 2017

Je privilégie les matériaux malléables que sont l’ argile ou le plâtre, pour que le corps y soit. Mon expérience sensorielle vécue avec la matière, initie la mise en formes de ma pensée. Je chemine à tâtons entre ombre et lumière. Je cherche à créer un dialogue entre l’animé et l’inanimé. J’aime construire de l’éphémère, cela densifie l’action. J’estampe des contenants les plus fragiles possible. C’est avec un soin et une délicatesse toute particulière que je démoule. La concentration et la présence « du maintenant tout de suite » sont obligatoires. Le geste évolue à chaque tirage. Bien que je sois dans la répétition du geste, pas un seul contenant n’est identique. Lors d’ une exposition, j’aime créer des sculptures évolutives. J’arrête l’illusion de la pérennité, je ne vise plus la conservation de l’objet. De sa naissance à sa mort, je choisis le temps d’existence de l’oeuvre.
Retrouvez le travail de Florence Grivot sur http://florencegrivot.jimdo.com/galerie/sculptures-céramique/




Sophie Scher / Photographie

Du 3 au 14 février 2017

Je développe ma pratique photographique ‘plasticienne’ avec toujours en tête l’importance de la construction de l’image.
Ici, je vais plus loin, je ‘tisse’, j’enchevêtre. Le fondement de cette démarche artistique est basée sur l’utilisation de deux photographies assemblées pour n’en former qu’une. Il n’y a pas de photomontage, il s’agit d’un travail manuel.
La première série de tissage est un travail poétique et engagé, où je cherche un élément apportant à la fois de l’onirisme à l’image mais aussi une histoire tout en subtilité. Je réalise des photographies que j’assemble ensuite pour n’en former qu’une. La seconde série est composée d’une quarantaine d’images réalisées sur le thème de l’actualité. Pendant un mois, chaque jour, j’ai récolté des informations et ‘tissé’ les actualités nationales et internationales qui m’ont marquées.
J’utilise la polysémie des images, pour mieux perturber le sens et l’ordre des choses. 

Retrouvez le travail de Sophie Scher sur http://www.sophiescher.com/index.php




Exposition BD / dans le cadre du Festival international du film fantastique

Du 25 au 29 janvier 2017

Une année, un auteur En parallèle aux projections, toujours autour du thème du fantastique, le Festival vous propose chaque année de découvrir, à la MCL, un illustrateur de bande dessinée. Une exposition est consacrée à ses albums les plus célèbres. En 2016, Yves Swolfs s’était prêté au jeu, il avait succédé à Julien Télo. À ne pas manquer, du jeudi au dimanche, en entrée libre et gratuite, pendant la durée du Festival. Vous pourrez découvrir l’illustrateur retenu pour cette édition dans le programme du Festival international du film fantastique de Gérardmer.
Tous les renseignements sur http://festival-gerardmer.com




Karotte / Peinture

Du 13 au 23 janvier 2017

Comme un saumon arc en ciel, je peins à contre-courant et en couleurs, ma façon de lutter contre le sens de la noirceur du monde. Je peins des hommes morts oubliés, souvent assassinés, pour remplacer les icônes roses et creuses qui se vendent, je peins des guerriers vaincus pour qu’ils se battent à nouveau à mes côtés. Je cherche à rétablir l’équilibre, avec des pinceaux à trois poils et des couleurs qui claquent. Je le fais tous les jours de la semaine, bien obligée, pour me rappeler sans-cesse ma liberté de choix, (être artiste, être mère, être végétarienne), ce que cela implique quand on est née bien blanche et française…
Mon rapport au monde, mon rapport au vivant… ma colère devant la désolation, ce qui reste une fois tuée “la sensiblerie”, je dois bien en faire quelque chose, si possible quelque chose d’utile, quelque chose de beau pour l’oiseau…
Chacune de mes toiles est une figure déterrée de notre cimetière des hommes libres, aux quels je rends hommage afin de raviver l’étincelle commune qui allumera le brasier des grands changements.

Retrouvez le travail de Karotte sur http://la-karotte.blogspot.fr




Alexandra Rudatis / Peinture & textile

Du 23 décembre 2016 au 8 janvier 2017

Au fil de l’imaginaire, des matières et des motifs, je développe un travail autour de la nature et de la question du corps. Le tissu, en tant que toile brute, support ou étoffe imprimée, comme outil de construction d’un univers abstrait, motif de composition cousu ou collé, est souvent le point de départ d’une superposition de collages, de
graphismes dessinés ou brodés. La couture est pensée comme une esquisse…
qui révèle des paysages, des silhouettes ou scelle des impressions, des empreintes ou des surfaces picturales. Les motifs floraux rencontrent des lignes de crêtes ou des visages témoins d’horizons et d’inspiration puisée dans la forêt, la montagne lors d’excursions et d’ ascensions.
Retrouvez le travail d’Alexandra Rudatis sur https://www.flickr.com/photos/136461592@N07/




Maxime Acker / Sculpture

Du 9 au 20 décembre 2016

Artiste Gérômois d’ adoption, Maxime Acker propose un travail plastique dans lequel la sculpture occupe une large place. Un travail qui se construit principalement à travers le prisme de l’enfance, de la religion et de la surconsommation. Qu’elles soient de bois, de bronze ou d’inox, ses sculptures sont résolument figuratives et utilisent l’ allégorie pour exprimer divers sentiments qu’inspire le monde contemporain à l’ artiste. En résulte des oeuvres aux expressions ambivalentes qui prennent sens selon l’ univers mental des personnes qui leur font face. Les dernières créations de Maxime Acker ont été réalisées en étroite collaboration avec l’ association Innov’ lac de Gérardmer.
Usinage d’ une sculpturerendez-vous à Innov’ lac pour une exposition sur le processus de création d’ une sculpture.
Retrouvez le travail de Maxime Acker sur http://www.maxime-acker.com




Hélène Humbert / Illustration & typographie ludiques

Du 25 novembre au 6 décembre 2016

Le livre qui raconte des histoires, des mots et des images.
Le livre qui se touche, se manipule, se fouille et se transforme.
Le livre qui invite, qui partage, qui fait découvrir des formes, des couleurs et des langages.
Un livre sans contrainte et sans étiquette.
Des images que l’on regarde, que l’on déchiffre.
Des images qui m’ amusent, et qui n’ amusent pas que moi d’ ailleurs. 
Des images acidulées, rigolotes, parfois moins.
Des images dessinées, imprimées, sérigraphiées, tamponnées, découpées.
Un travail manuel, délicat et précis. Des papiers, du carton, des encres, de la gomme. Le plaisir de redécouvrir ses images, de les accompagner, de les voir se transformer. L’excitation d’ avoir enfin l’objet dans ses mains.




Fabian Delacôte / Peinture

Du 4 au 22 novembre 2016

«Une peinture de l’ expérience»
Pour Fabian Delacôte, peindre c’est explorer, expérimenter, repousser constamment les limites de sa propre technique. Tout est référent, il n’y a pas de sujet « noble » qui mérite plus d’être traité qu’un autre. Il travaille donc par série, toujours dans cette optique d’aller aux limites picturales, en alternant thèmes (visages, corps, objets, paysages…), techniques et formats. Le dernier élément que l’artiste prend en compte est un « héritage » de sa passion pour la photographie : le cadrage. Il aime s’inspirer d’images glanées ça et là dans des magazines, livres et y puiser le point de départ de ses séries de toiles. Sa peinture est un acte quotidien qui se nourrit d’images, de sensations, d’impressions, de musique et d’expériences. À travers cette exposition,l’ artiste visite le genre. 
Un parallèle au spectacle « Un poyo Rojo» du samedi 19 novembre dans le cadre de la saison Culturelle.




Stéphane Lalevée & Delphine Aubry / Sculpture

Du 12 octobre au 2 novembre 2016

Dans le cadre du festival du film jeune public Graines des Toiles, la MCL vous propose plusieurs expositions autour du thème Brrrrrr… Frissons, venez les découvrir à la galerie mais aussi dans toute la Maison. Pour l’une des suspensions aériennes de bestioles, un brin effrayantes, en papier mâché, pour l’autre, des silhouettes de gargouilles émergeant de la pierre… De pierre en pierre Le monolithe à son origine où l’esthétique modelée au fil des temps demeure l’amorce essentielle de ce travail en «taille-directe» : procédé sans ébauche préalable vers l’émergence perçue et contrôlée au gré de la pensée. Un voyage en matière via l’observation, la réflexion, le ressenti…Bestioles ! Une ribambelle de créatures survolent la galerie, devenue volière, pour la plus grande peur, ou fou rire, des visiteurs…

Retrouvez le travail de Delphine Aubry sur http://www.delphineaubry.com




Dominique Georgel / Photographie

Du 30 novembre au 11 octobre 2016

«Friches»
Je photographie des endroits moribonds, des friches industrielles, des prisons fermées, des bâtiments délaissés, des ateliers vides, pour une seule raison : leur beauté.

Ce laissé à l’ abandon est le témoin du changement du mode de production, de l’évolution du mode de vie, de la dure loi économique.

De ce spectacle des endroits remis aux lois de la nature ou promis à la démolition, il faut garder la trace, capturer ce qu’il y a de sublime et le donner à voir…

Vernissage musical proposé par l’École de Musique avec l’ensemble à cordes dirigé par Raphaël Tornambé.

Retrouvez le travail de Dominique Georgel sur https://dgeorgel.wordpress.com




Mathilde Joly / Illustration & édition

Fraîchement diplômée depuis juin 2015 de l’école des beaux arts d’Epinal, Mathilde travaille autour de lathématique du souvenir et de la mémoire collective.Petite, elle faisait mille choses à la fois. Elle avait besoin d’essayer, de se rendre compte de ce qui marchait ou de ce qui ne lui plaisait pas. Une enfance toujours présente dans son travail qui s’articule autour d’élément récupérés, puis ré-interprétés. Elle colle, elle coud, elle peint. Parfois elle arrache, et puis elle re-colle. Dans un second temps elle illustre, au crayon de papier ou de couleur. Elle décline son travail grâce à la micro édition (ou livre objet) car elle trouve plus attrayant de pouvoir manipuler l’objet livre : livre en tissu, livre boite, leporello, etc…

Retrouvez le travail de Mathilde joly sur http://mathilde-joly.net